Skip to main content

FAQ

Questions/réponses:
  • Qu’est-ce qu’un médecin esthétique ?,

    Un médecin esthétique est un médecin avant tout, mais qui s’est spécialisé en médecine esthétique par le biais de diplômes complémentaires après le diplôme général de médecine (soit 10 ans d'études).
    Un médecin esthétique n’est pas chirurgien et donc n'opère pas.
    Un médecin esthétique n’est pas un dermatologue et donc ne traite pas les pathologies de la peau.
    Un médecin esthétique est un médecin de la beauté.


    Attention aux traitements avec les fakes injectors et les centres non médicalisés, on ne joue pas avec sa santé.

  • La médecine esthétique en 7 questions,

    1- Est-ce que cela va se voir que j’ai fait des soins de médecine esthétique ?

    Pour ma part, lorsque l’on s’aperçoit qu’une personne a fait des soins, cela veut dire que nous en avons trop fait. Lorsque la médecine esthétique se voit sur un visage, c’est que cela est mal fait. Je considère que la médecine esthétique doit se faire avec parcimonie, afin de donner un coup d’éclat et un effet bonne mine, mais surtout pas de modifier un visage.

    2- Ne pas vendre du rêve !

    La médecine esthétique est une science qui apporte une amélioration sur certains aspects du visage ou du corps, mais ne peut en aucun cas se substituer à la chirurgie esthétique.

    En médecine esthétique, on améliore, on prévient le vieillissement cellulaire, on réduit certaines marques du temps, mais on n’efface pas les parties qui sont trop marquées par le temps. C’est important de le comprendre afin de ne pas être déçu des résultats.

    3- Un soin d’homme ou de femme ?

    Longtemps plébiscité par les femmes, la médecine esthétique voit la fréquentation masculine augmenter tous les jours. Et bien heureusement d’ailleurs !

    4- L’importance du consentement

    Les documents que nous vous faisons signer ne servent pas uniquement à se protéger en cas de sinistres, mais de vous avertir sur les suites qui peuvent se produire après tout traitement esthétique. C’est un peu la notice des effets indésirables que vous trouverez dans une boite de médicament.

    Et oui, il existe malheureusement des risques de taches après un laser et des cas de nécroses après des injections. Donc, on ne prend pas à la légère ces traitements qui sont avant tout « médicaux ».

    5- Le moment idéal pour le faire

    Il n’y a pas de moment idéal pour effectuer ces traitements, mais sachez juste que les résultats seront plus probants si les symptômes à traiter sont mineurs.

    On ne fait pas de traitement le lundi quand vous vous mariez le samedi !

    Je ne veux pas être responsable de bleus sur les photos.

    6- Que dire à son conjoint ? Le cacher ou lui dire ?

    Régulièrement, on me précise que le conjoint ne doit pas savoir que vous faites des soins esthétiques. Toutefois, posons-nous la bonne question : N’est-ce pas légitime, dans notre génération, de se faire du bien et de ralentir le temps.
    Si nous analysons bien cela : La peur des conjoints vient sur le risque de transformation et je trouve cela légitime. N’oubliez jamais mesdames messieurs que vous êtes libre de votre choix. Votre corps vous appartient, votre visage aussi. À vous, de les rassurer en leur expliquant vers quoi vous vous lancez.

    7- Les réseaux sociaux

    S’il y a un terme que je dois utiliser pour décrire les réseaux sociaux est le terme CATASTROPHE.

    Bien sûr, les réseaux sociaux sont aussi la source de recrutement des patients pour les cabinets esthétiques. Retenez que nous ne mettons que les bons résultats sur nos réseaux sociaux et non pas les « ratés » et les « non-répondants ». Ne vous fiez pas uniquement aux réseaux sociaux (même les miens !!!).

  • Comment choisir son médecin esthétique ?,

    Conseil 1 : Ne jamais effectuer un traitement le jour de la consultation, car il ne faut pas se « lancer » sans prendre un peu de recul et réfléchir tant sur le plan budgétaire que sur les soins que l’on vous propose par rapport à vos attentes.

    Conseil 2 : ÉCOUTER le médecin, parce qu'on vient souvent en consultation avec une idée de résultat et bien que le médecin vous explique ce que vous obtiendrez, vous gardez toujours en tête le fantasme d’un autre résultat inatteignable. 

    Conseil 3 : Lire les avis.

    Mais ATTENTION, ne vous fiez qu’à la majorité des avis, car, faites l’expérience de la loupe sur les réseaux sociaux. Vous verrez que ce sont toujours les mêmes qui dégainent à critiquer un médecin.

    Évidemment, le médecin, lui, ne peut pas se défendre parce qu'il est soumis au secret médical. Ces mêmes personnes, qui sont habituellement sous un pseudo, sont soit des patientes qui ont cru au rêve et qui n’ont pas écouté (conseil 2), soit des femmes ou secrétaires de médecins (méthode idéale pour détourner des patients, concurrence déloyale) ou enfin, il est possible que cela se soit mal passé avec le médecin. Mais il faut aussi savoir pourquoi cela s’est mal passé.

    Conseil 4 : Si votre médecin vous déconseille un traitement, alors écoutez-le, NE LE FAITES PAS. Un refus = perte pour le médecin, mais un refus = sécurité et tranquillité (pour tout le monde !!!).

    Ce matin, une gentille dame insistait pour faire des injections dans les lèvres alors qu’elle est porteuse d’une maladie auto-immune et qu’auparavant, elle a déjà eu des boules en post injections. Lorsque je l’ai refusé, elle m’a dit : « J’ai traversé tout Paris pour mes lèvres et vous me refusez ... ». Et oui, on ne fait pas d’injections sur une maladie auto-immune.

    Une autre personne, il y a 30 ans, a reçu du silicone dans le visage. IL NE FAUT JAMAIS INJECTER sur un terrain dangereux comme le silicone. Elle a été très vexée de se voir refuser tout traitement.

    Vous êtes sûr que ces personnes-là seront très actives sur les réseaux sociaux.

    Conseil 5 : La médecine esthétique permet d’apporter une amélioration, mais pas un changement. On ne peut pas avec 2 ampoules gagner 20 ans. Arrêtons de rêver.

    Conseil 6 (Le dernier) : Les honoraires. L’achat d’une ampoule d’acide hyaluronique peut varier du simple (produit étranger sans aucune traçabilité) au triple (produit sûr et labo ayant une ancienneté, et doté d’une équipe de pharmaciens). Un laser effectué par un médecin laseriste diplômé ne coûte pas la même chose qu’un centre d’épilation non médicalisé.

    Ne faites rien si cela déstabilise votre équilibre financier, restez beau et belle comme vous êtes. Vous le ferez le jour où cela sera plus facile.

  • A quel âge faut il commencer ? ,

    Les réseaux sociaux et donc les selfies sont la source du rajeunissement de l’âge de la première consultation. Je trouve cela vraiment dommage que les jeunes aient autant de mal à s’accepter et de considérer comme un défaut majeur un simple détail esthétique.

    Je pense que nous, parents, ne devons pas céder à la volonté de nos enfants avant 20 ans minimum. J’observe souvent dans mes consultations des parents qui viennent avec leurs enfants, car ils ont baissé les bras. Ce combat est tout aussi important que l’énergie que nous déployons pour leurs études, il ne faut pas abandonner et abdiquer aux demandes des jeunes.

    J’essaye à chaque fois de faire comprendre aux jeunes de ne pas mettre un pied dans la médecine esthétique parce qu'ensuite, on risque de ne plus s’en passer et la demande ne s’arrêtera pas à un simple désir de modifier un aspect de son corps ou de son visage, mais à une escalade malsaine.

  • Est-ce que cela va se voir que j’ai fait des soins de médecine esthétique ?,

    Pour ma part, lorsque l’on s’aperçoit qu’une personne a fait des soins, cela veut dire que nous en avons trop fait.

    Lorsque la médecine esthétique se voit sur un visage, c’est que cela est mal fait.

    Je considère que la médecine esthétique doit se faire avec parcimonie, afin de donner un coup d’éclat et un effet bonne mine, mais surtout pas de modifier un visage.

  • Ne pas vendre du rêve !,

    La médecine esthétique est une science qui apporte une amélioration sur certains aspects du visage ou du corps, mais ne peut en aucun cas se substituer à la chirurgie esthétique.

    En médecine esthétique, on améliore, on prévient le vieillissement cellulaire, on réduit certaines marques du temps, mais on n’efface pas les parties qui sont trop marquées par le temps.

    C’est important de le comprendre afin de ne pas être déçu des résultats.

     

  • Un soin d’homme ou de femme ?,

    Longtemps plébiscité par les femmes, la médecine esthétique voit la fréquentation masculine augmenter tous les jours. Et bien heureusement d’ailleurs !

  • L’importance du consentement,

    Les documents que nous vous faisons signer ne servent pas uniquement à se protéger en cas de sinistres, mais de vous avertir sur les suites qui peuvent se produire après tout traitement esthétique. C’est un peu la notice des effets indésirables que vous trouverez dans une boite de médicament.

    Et oui, il existe malheureusement des risques de taches après un laser et des cas de nécroses après des injections. Donc, on ne prend pas à la légère ces traitements qui sont avant tout « médicaux ».

     

  • Le moment idéal pour le faire ,

    Il n’y a pas de moment idéal pour effectuer ces traitements, mais sachez juste que les résultats seront plus probants si les symptômes à traiter sont mineurs.

    On ne fait pas de traitement le lundi quand vous vous mariez le samedi !

    Je ne veux pas être responsable de bleus sur les photos.

  • Que dire à son conjoint ? Le cacher ou lui dire ?,

    Régulièrement, on me précise que le conjoint ne doit pas savoir que vous faites des soins esthétiques.

    Toutefois, posons-nous la bonne question : N’est-ce pas légitime, dans notre génération, de se faire du bien et de ralentir le temps.

    Si nous analysons bien cela : La peur des conjoints vient sur le risque de transformation et je trouve cela légitime.

    N’oubliez jamais mesdames messieurs que vous êtes libre de votre choix. Votre corps vous appartient, votre visage aussi. À vous, de les rassurer en leur expliquant vers quoi vous vous lancez.

     

  • Les réseaux sociaux,

    S’il y a un terme que je dois utiliser pour décrire les réseaux sociaux est le terme CATASTROPHE.

    Bien sûr, les réseaux sociaux sont aussi la source de recrutement des patients pour les cabinets esthétiques. Retenez que nous ne mettons que les bons résultats sur nos réseaux sociaux et non pas les « ratés » et les « non-répondants ».

    Ne vous fiez pas uniquement aux réseaux sociaux (même les miens !!!).

  • La notion de l'argent en médecine esthétique,

    La médecine esthétique n’est pas une médecine obligatoire. Il ne faut surtout pas s’endetter pour effacer une ride sur la joue ou pour diminuer sa pilosité. Comment faisaient nos mères il y a 30 ans, n’étaient-elles pas plus heureuses ?

    En France, on a catalogué la médecine low cost ; et c’est pour cela que l’on a autant de mal à trouver des médecins de nos jours. On va payer une consultation de médecine générale moins chère qu’une manucure ou qu’une couleur de cheveux.

    L’acte de médecine esthétique est un acte qui ne s’arrête pas à la simple injection ou au traitement laser. Il en va de la responsabilité du médecin d’acquérir des machines fiables (pour info, un laser d’épilation coûte 100.000 €). Un médecin esthétique est un médecin qui a fait 10 ans d’études et qui évolue dans une structure aux frais exorbitants.

    Pour conclure sur ce sujet-là, je le répète « Ne faites pas un traitement en esthétique si c’est pour vous mettre en difficulté financière, vous êtes beau et belle même avec quelques rides ! »

  • Les fake injector : le fléau,

    Il existe un vrai fléau qui consiste à voir des personnes s’improviser médecins esthétiques sans avoir la moindre notion de l’anatomie ni des conséquences de ces actes. Ces fake injectors proposent à moindre coût des injections ou autres soins dans leurs appartements avec des produits achetés sur internet sans en connaitre la moindre origine. Ces produits sont souvent non stériles, viennent de Chine, et provoquent des dégâts irréparables sur le visage ou le corps.

    Heureusement que les autorités commencent à enquêter sur cette médecine clandestine, mais c’est comme pour le trafic de drogue, vous en arrêtez un et un autre se crée.
    Il faut savoir en médecine que le dernier qui touche une patiente est responsable de tout ce qu’il se passera ensuite. De ce fait, nous ne prenons pas en charge les effets indésirables des actes opérés dans des conditions dangereuses.

    Attention donc aux conséquences dévastatrices que peuvent avoir ces produits sur votre santé.

  • A quel moment faut il s'arrêter ,

    Je dis toujours que si on s’aperçoit qu’une amie a été traitée en médecine esthétique, et bien cela veut dire qu’il y a eu trop de soins effectués.

    La médecine esthétique n’est jolie que lorsqu’elle cela ne se voit pas. Les soins doivent être réalisés avec discrétion et parcimonie. Donc les femmes que l’on voit dans certaines rues de Paris avec des visages tirés et bouffis sont des femmes qui n’ont pas su s’arrêter. Après si elles aiment, pas de soucis, mais ce n'est pas ma vision de la médecine esthétique.

  • A quelle fréquence doit-on voir son médecin esthétique ?,

    Hormis pour les soins d’épilation laser que nous proposons, et pour lesquels les séances sont rapprochées de 6 à 8 mois semaines, un patient doit voir son médecin tous les 6 mois.

    Et à chaque consultation, effectuer un petit soin d’entretien. Les résultats seront beaucoup plus naturels si on effectue des petites choses régulièrement que de faire des trop grosses séances pour lesquelles on risquerait d’avoir une rupture du naturel.

  • Durée de la consultation avec votre médecin ?,

    J’ai la réputation d’aller droit au but dans mes consultations, et donc de ne faire perdre ni de temps à mes patientes actuelles, ni aux futures patientes.

    En ce sens, et en adéquation totale avec cette éthique, je pratique des honoraires corrects.

    J’ai conscience que je ne peux pas correspondre à tout le monde, mais à voir les retours sur les 20 dernières années, ma méthode de travail plait beaucoup.

    Merci pour tous les avis positifs à mon égard sur Google.

  • Ponctualité et disponibilité,

    Demandez à vos copines, chez moi, on n’attend pas plus de 5 minutes. Un vrai bonheur aux dires de mes patientes. Pour ma part, je trouve que c’est le moindre des respects que de prendre les patients à l’heure.

    Par contre, j’en demande autant de votre part, et si vous arrivez en retard, je me verrai dans l’obligation de remettre notre rendez-vous.

    Tous mes patients ont mon portable, je suis disponible 24/7

  • Faire le soin le jour du bilan,

    Je le déconseille fortement, car c’est toujours mieux de prendre toutes les informations et de revenir avec toutes les informations en tête. On ne pourra pas me dire « ah, je ne savais pas » !

     

  • Gestion de la déception,

    La déception en médecine esthétique vient soit d’une mauvaise explication de la part du médecin sur les résultats à venir, soit d’une attente trop importante du patient. Il faut écouter ce que le médecin vous dit au cours de la première consultation. Ne partez pas avec une idée en tête en pensant que tout est réalisable.

    Je récuse en moyenne 15% des patients au cours de la consultation de bilan. 

    À part cela, il faut que je vous explique une notion médicale concrète. Vous avez une ride, par exemple un sillon naso génien, je vais choisir le produit d’injection qui correspond à cette ride, mais cette fameuse ride a du mal à s’effacer. Comment l’expliquer ?

    En fait, la peau peut avoir une mémoire de forme considérable et malgré tout ce que l’on essayera de faire, elle reprendra sa forme après un laps de temps très court. Cette notion ne peut pas être anticipée. On ne peut pas savoir comment votre corps réagit face aux traitements.

    De la même manière, qu’un produit qui est censé durer 1 an sous la peau peut se faire digérer et se détruire très rapidement par votre organisme. Nous ne connaissons pas la raison de ce phénomène. Et nous ne pouvons pas l’anticiper non plus.

    Cette réaction n’est pas uniquement visible lors des traitements de médecine esthétique. On l’observe aussi à l’issue des poses de prothèses mammaires, des implants dentaires, des résistances aux antibiotiques et la liste est longue.

  • Les effets indésirables ,

    Chaque mise en place d’un produit sous la peau, chaque acte de laser, chaque soin du corps ou du visage peut s’accompagner d’une réaction non prévisible.

    Heureusement que ces effets indésirables sont extrêmement rares, mais il ne faut pas les négliger et le savoir avant de faire quoi que ce soit.

    Un acte esthétique est un acte médical avant tout. Lisez bien les consentements, car ce sont comme les notices de médicaments, des mises en alerte de tout ce qui peut arriver dès lors que vous vous faites traiter.

    Lisez la notice du Doliprane qui est le médicament le plus utilisé au monde, et vous comprendrez !

    Pour ce qui est des bleus et des œdèmes, ce sont des effets indésirables mineurs, mais qui peuvent vous mettre dans une situation délicate au moment où vous les avez.

    Je refuse d’injecter les patients qui ont un évènement majeur dans les 15 jours suivants notre rendez-vous. Je ne veux pas que sur toutes les photos de votre mariage, apparaisse un bleu sur une lèvre par exemple !!!

    Choisissez bien votre date de traitement avant de faire quoi que ce soit.

  • Rattrapage des erreurs des autres,

    Avant de parler de ce paragraphe, lisez un peu plus haut celui sur les fakes injectors.

    Hormis cette situation, vous pouvez avoir été mal traité par votre médecin esthétique. Ne le boudez pas et essayez de régler en premier avec lui le problème. En effet, c’est très compliqué de reprendre le travail des autres. 

    Si la communication est rompue ou si vous avez perdu toute confiance en lui, venez, nous allons essayer de vous réparer, mais surtout, demandez à votre médecin le nom des produits injectés ou les paramètres des traitements laser effectués.

    Pour information, un médecin esthétique est censé vous remettre un carnet avec tous les actes réalisés ainsi que le nom des produits injectés (étiquettes de traçabilité).

     

  • Gestion des retouches ,

    Il est fréquent que nous soyons confrontés à la nécessité de pratiquer une retouche à la suite d’un traitement. Comme tout bon professionnel, il est normal de les effectuer. En revanche, il faut comprendre que certains actes agissent sur plusieurs jours et de ce fait, il faut absolument se remettre à l’avis du médecin qui va vous indiquer le délai à respecter pour l’effectuer.

    Par exemple, à la suite d’une épilation laser, il faut attendre en moyenne 15 jours pour que les poils tombent. Vous pourrez penser que le médecin a oublié une zone à traiter, mais dans la grande majorité des cas ce sont des poils qui ont mis du temps à tomber.

    De la même manière, lors d’une injection d’acide hyaluronique, il peut y avoir des creux ou des bosses qui se présentent en post injection, il faut absolument attendre deux à trois semaines avant de les corriger.

    Pourquoi ? Si on vient à compléter un creux qui devait spontanément se remplir le temps que l’acide hyaluronique prenne sa place, alors vous risquez de vous retrouver avec des bosses (par surplus de produits). 

    Hormis les praticiens malintentionnés, nous avons tous l’éthique de finir le travail corrigé sur un patient.

     

  • Les patients qui habitent à l’étranger,

    J’ai pour habitude de contrôler mon travail 2 à 3 semaines après un traitement. Cela pose un problème pour les patients qui ne sont à Paris qu’une journée.

    Il faut le savoir à l’avance, nous ne pourrons pas effectuer les retouches si nécessaires.

  • A partir de quel âge doit-on débuter les injections d’acide hyaluronique ?,

    Notre organisme produit naturellement de l’acide hyaluronique et du collagène jusqu’à l’âge de 30 ans. Ensuite, cette production décroît et selon notre génétique et notre hygiène de vie, les signes du vieillissement vont commencer à apparaitre. C’est donc vers 30 ans que nous devons commencer la prévention du vieillissement par des micro-injections.

    Il faut savoir qu’une ride dans la peau est comme une cicatrice qui ne pourra pas disparaître, mais que l’on pourra diminuer en intensité.

  • Y a-t-il des contre-indications aux injections d’acide hyaluronique ?,

    Il est strictement interdit d’injecter de l’acide hyaluronique sur une pathologie auto-immune telle que Basedow ou Hashimoto.

    Vous trouverez des médecins qui passent outre cette interdiction, mais je pars du principe que l’ont fait de l’esthétique et qu’il est hors de question de se retrouver avec des boules partout.

    Chacun son positionnement.

  • Doit-on prévoir une éviction après les injections ?,

    Généralement non, mais toute piqure peut générer un bleu ou un œdème. L’œdème est fréquent avec les skinboosters (surtout la première séance, car la peau est souvent déshydratée).

  • Est-ce que les injections font mal ?,

    Il y a les douillets (tes), il y a les résistants (es), et il y a les patientes qui tolèrent un peu la douleur. Il sera possible d’effectuer une anesthésie locale.

    De toutes les manières, la plupart des produits injectables sont mélangés avec des produits anesthésiants, rendant le soin tout à fait tolérable.

     

  • Combien de temps dure une injection ?,

    Il faut compter en moyenne 15 à 30 minutes par ampoule d’acide hyaluronique injecté.

     

  • Pourquoi il ne me reste plus de produit 1 mois après mon injection ?,

    Lorsque l’on fait des injections sur un visage, nous allons choisir le produit idéal correspondant à l’indication.

    Si le produit disparaît très rapidement, alors il faut penser à différentes hypothèses :

    • Votre métabolisme est destructeur d’acide hyaluronique externe tout autant que l’acide hyaluronique interne à votre organisme et qui est parti naturellement.
    • Vous vous attendiez à un résultat plus important et donc il faut dans ce cas envisager un complément de traitement.
    • Après vos injections, il s’est produit le développement d’un œdème au niveau de la ride, chose que vous avez apprécié, car cela donnait du volume, et donc, la perception de la disparition n’est autre que la disparition de l’œdème.

    Les solutions consistent soit à compléter le traitement, soit à attendre l’installation définitive du produit injecté.

  • Est il possible d'annuler le résultat ? ,

    Vous avez eu un traitement de médecine esthétique et vous n’aimez pas le résultat.

    Il existe des solutions pour faire disparaître les produits injectés. Toutefois, réfléchissez bien à votre volonté d’annuler le traitement, car vous vous trouverez dans la même situation qui a conduit à la consultation de médecine esthétique.

  • Je sens des petites boules sur le site des injections, que faire ?,

    L’acide hyaluronique est un produit qui est composé de microsphères. Il est donc normal d’avoir cette sensation de petites boules sous la peau.

    Si celles-ci sont gênantes, il est possible d’injecter un produit pour ramollir l’acide hyaluronique.

    Si cela ne vous gêne pas, il est préférable de les laisser, car elles agiront comme un pilier sous la peau pour soutenir la déclivité de la ride.

  • ,

Lire la suite